14/05/2013

Zosio (17)

 

Bien vu !

 

9 h du matin, un ami de Dam vient me prendre pour me conduire à l’hosto, je lui file 10 € pour l’essence.  En cas de besoin, je peux l’appeler pour revenir, si…

 

Mais parions sur un bon jour…

 

Encore calmes les urgences ce matin.  Je vois une infirmière assez rapidement, prise de la tension (19 et quelque chose).  Quelques questions, petite rédaction pour mon dossier.  Puis, retour salle d’attente.  Je dois être vue par le psychiatre des urgences.  De longues plages de lecture plus tard, je suis appelée.  Une autre infirmière vient me faire une prise de sang.  Attente dans le cabinet, puis le psychiatre revient ma parler un moment. 

 

Retour salle d’attente. 

 

Vers 12 h 30, il me rappelle : bonne nouvelle, une chambre se libère cet après-midi !  Je resterai donc là aujourd’hui, je commence ma cure maintenant !  J’ai le temps d’aller acheter un sandwich, une bouteille d’eau pétillante, et je n’ai qu’à attendre qu’on me permette l’accès au service, en fin de journée !

 

14 h : le psychiatre me rappelle : pour finir, l’intrus qui occupe mon lit ne part pas aujourd’hui, mais demain ! 

 

Le service me recontactera donc demain matin pour confirmer, et s’il ne le fait pas, voilà le numéro !

 

-        Et voilà une ordonnance de machin truc pour tenir jusqu’à demain…

Je tente d’appeler le pote de Dam, mais sa boîte à message est assez claire (rappelez plus tard), et je n’ai pas envie de poireauter sur ce trottoir glacial, j’appelle un taxi et je rentre à la maison !  Et moi l’ordonnance, j’en ai rien à cirer, je me tape une cannette !!!

Encore une fois, ouvrir la valise, sortir le pc, la trousse de toilette, etc…  Demain on la recomposera !

J’ai appelé, hier soir, Patron.  Il me fallait quand même bien l’avertir et lui donner de l’importance en l’appelant lui, personnellement, sur son GSM.  Je pense que le message a été bien compris, et mieux accepté que si je n’avais pas annoncé et expliqué, partiellement, ce qui m’arrivait.

Bon, demain est un autre jour.  Mais quand est-ce que je vais retrouver un planning qui tienne la route, un état d’esprit suffisamment costaud pour encaisser tous ces contretemps ? 

Je me sens plus fatiguée qu’après une journée de 10 h de grand nettoyage !

Rentrer chez moi, tout ce que je ne voulais pas…  Je devais, je voulais en sortir !!!

 

15:34 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Commentaires

je ne vais pas bien et j'ai zappé pas mal le net depuis quelques temps
je te lisais et j'enviais ton courage, ta volonté, ta détermination face à tes projets, tes travaux
à te lire, je me sentais encore plus moule,
je suis désolée de lire que tu t'enfonces, que tu te sentes ivrogne et même clodo
tu ne peux te considérer clodo avec tes capacités, ton courage et ton obstination
non, tu te dois plus de considération
tu dois te reposer et te voir comme tu es : une femme forte aux capacités énormes !

Écrit par : Pommefraise | 14/05/2013

Répondre à ce commentaire

Merci pour ton gentil commentaire. Je suis prête et j'attends mon "taxi", le pote de Dam. Cette fois, je sais que c'est la bonne. Mais quelle énergie est nécessaire pour pouvoir être entendue quand on est dans la détresse !

Écrit par : Zosio | 15/05/2013

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.