05/06/2013

Zosio (28)

 

Que de temps passé depuis mon dernier passage.  Du bon temps d’ailleurs !

 

Un excellent WE avec mon Grand Frère, chez lui, et le Dam qui est enfin entré à l’assuétude et qui a eu bien du mal pour se remettre de ses excès de méthadone pendant sa semaine d’attente, un stress trop long à supporter pour lui.

 

Et moi, de sortie, pour la  première fois depuis bien longtemps, dépaysée, dans la découverte d’une région que je ne connais pas ou presque pas…  Assise en terrasse de café, à siroter mes jus de fruit, sans faillir, sans envie d’autre chose, sans pétard à portée de main, et pourtant bien, contente, heureuse, simplement !

 

Et puis, enfin le soleil, enfin retrouver mon jardin !  Et les courbatures, mais c’est secondaire, le plaisir de gratter est plus important. Si bien que je n’ai même pas eu l’envie de me pencher sur le pc, sauf un peu aujourd’hui, dans l’attente de ma réunion et du souper qui sera encore bâclé !

Mon Grand Frère a rencontré ma sœur (celle qui vit encore), il a abordé, avec tact, le sujet qui fâche : moi.  Rien qu’en me mentionnant, et en disant que nous avions échangé quelques mails.  Elle lui a dit que j’avais la manie d’écrire et de répandre mes sentiments.  Comme une critique, comme une indécence.  Qu’importe le ressenti des personnes, il faut garder une façade irréprochable !  Ne rien dévoiler de notre vie personnelle.

Tiens donc !  Venant d’une hystérique, ça me surprend quelque peu…

Mais fais ce qu’on te dit, pas ce qu’on fait !

Et là, toutes mes thérapies vont exactement dans le sens inverse : exprime-toi, dis ce que tu ressens, n’attends pas d’exploser.  S’exprimer, c’est se soulager, c’est émettre ses souhaits et ses déceptions, c’est exister dans sa propre vérité. 

Etrangement, je retrouve le même schéma de comportement dans la famille de Dam : faire bonne figure à l’extérieur, ne pas parler de l’homosexualité de la fille de la famille, ne pas parler de la toxicologie du fils et de la mère, étouffer tout et tout le monde à coup de mensonges et de dissimulations…

Et bien non, je ne vis pas comme ça, je n’ai pas honte de ma vie, toujours pas…

 

16:37 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.