15/06/2013

Zosio (34)

 

Pas de bol !

 

Ce matin, éveillée à 5 h.  Plus moyen de me rendormir avant plus de 6 h.  C’est quand même le WE, je ne vais pas commencer ma journée si tôt !  C’est vraiment la loi de la vexation, en semaine, je me traîne à 6 h 45 pour sortir du lit, et le WE, je m’éveille aux aurores…

 

Traîner devant le pc, boire mes cafés, me doucher et quelques soins de WE, quand j’en ai le temps…

 

11 h.  Je pars faire les courses alimentaires.  Plus rien ne me tente depuis une semaine.  Je fais juste à manger pour le papé.  Mon ventre crie famine, mais ma tête refuse d’avaler quoi que ce soit, tout à dose homéopathique.  A la sortie du village, à l’arrêt du bus : Dam !  Merde, je ne peux pas passer devant lui comme ça, faire signe et puis continuer la route.  Il sait où je vais, et il y va aussi.  Je m’arrête, il monte en voiture.

 

-        Tu vas là-bas ?

 

-        Oui, je vais faire du banc solaire !

 

-        Tiens donc !

 

-        Oh, rien qu’une fois, comme ça, je m’occupe de moi.  (Sous-entendu, je continue mes soins post cure, et j’ai bien retenu la leçon, je dois m’occuper de moi, plus des autres qui me pompent).

 

Puis, il me dit qu’il va passer me rapporter mes BD, et mon radiateur électrique.

 

-        Je passe tantôt, d’ici, une heure, une heure et demi.

 

-        Oui, et tu peux bien reprendre ta tondeuse à gazon, j’ai entendu que tu tondais hier soir…  Je ne sais quand même pas m’en servir !

 

-        Hier ?  Je t’assure que je n’ai pas tondu la pelouse !

 

Je suis revenue avant 12 h.  20 h 30, il n’est toujours pas passé.  Vers 18 h 30, je lui ai envoyé un sms :

 

-        Est-ce bien aujourd’hui que tu pensais me rapporter mes trucs ?

 

Je n’attendais aucune réponse, comme d’habitude.  Etrangement, il a répondu, rapidement :

 

-        Si, c’était aujourd’hui, mais j’ai eu un imprévu avec mon frère.

 

Et oui, toujours la famille comme paravent.  Rien à cirer.  Je me suis fixée, comme tâche du jour, de terminer la chambre d’amis, la peinture d’un demi-plafond en attente puisque Dam devait, voulait me fabriquer un coffrage au-dessus du dressing, mais le projet est tombé à l’eau comme la plupart des travaux qu’il a effectué ici, rien n’aboutit !

 

J’ai bien du mal à m’y mettre, envie de rien.  Je décompte les heures, je me dis que ce mec est vraiment d’une incroyable cruauté.

 

Début de soirée, fin d’après-midi, mon ancien collègue qui va prendre le relais pour les travaux, passe voir de quoi il retourne.  Et je parle !  Papé a déjà annoncé la couleur au sujet de Dam, lorsqu’il est venu nettoyer le studio.  Je raconte, j’explique, l’arnaque affective, l’ardoise, son état (mais le gars connaissait déjà sa toxicomanie aux dures).  Non, fini le mutisme dans lequel j’ai vécu les 10 mois de relation.  Non, je ne chercherai pas à préserver sa bonne réputation.  Que sa réputation soit le reflet de ce qu’il est !

 

Il m’avait demandé de ne pas le tromper, très sérieusement, un soir, dans notre lit, et aussi de ne pas dire que nous vivions ensemble.  Je suis maintenant libérée de ces serments.  Il m’en a libérée.  Et ma vérité va enfin s’étaler à la demande, mais je ne chercherai plus à édulcorer le tableau. 

 

Il faut croire que j’ai du paraître suffisamment misérable à ex-collègue pour qu’il me fasse le même prix horaire que Dam me faisait : un prix d’ami !  Il est sur son cul d’entendre jusqu’où j’ai été dans mon manque de discernement.  Ma blondeur réapparaît quand je suis amoureuse, je repousse les limites toujours plus loin.  Au départ, j’avais dit m’arrêter à 2000 € de prêt, puis, j’ai poussé jusqu’à 3000 €, puis, j’ai été jusqu’à plus de 5000 €.  J’avais décidé de m’arrêter là, et c’est là qu’il est parti…

 

 

 

21:01 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

Commentaires

évidemment, je ne comprends pas toute l'histoire.. mais je me doute !
ta blondeur réapparait quand tu es amoureuse ?? mais on l'est toutes, blondes, lorsqu'on est amoureuses ! carrément stupides oui, c'est hallucinant ..
"tantôt"... un mot qu'utilisait ma mère dans mon enfance, pas utilisé pour les Français. Comme j'ai des origines suisses et belges (et oui, ça ne s'invente pas !) question : tantôt serait donc une "expression" belge ?
Bon dimanche Zosio. Et j'espère que ce matin tu te seras réveillée moins tôt !

Écrit par : ambreneige | 16/06/2013

Répondre à ce commentaire

Oui, tantôt = à plus tard, et c'est du belge !
Nous avons une petite panoplie de mots typiques, d'expressions qui nous font reconnaître un peu partout. Papé est français, j'ai donc pas mal d'expressions françaises dans mon vocabulaire que les belges ne saisissent pas toujours. Je suis en culture double, triple même ! Maman était hongroise, papa belge, j'ai épousé (unique mariage) un français.
Qui peut se targuer d'une ascendance d'origine "pure" ? C'est là que le racisme me fout en boule, nous sommes déjà tous métissés !
Pour la nuit, encore éveillée à 6 h, malgré ma soirée prolongée jusqu'à près de minuit, à lire dans mes plumes. Puis rendormissement jusqu'à 8 h. Raisonnable ça !
Passe un bon dimanche !
Bisous, et merci pour tes mots qui me vont droit au cœur. Effectivement, je nous trouve un grand nombre de sentiments communs, je me sens moins seule dans mon désarroi, et ton expérience me réconforte dans ma démarche, je sais que je peux y arriver aussi, comme j'y étais arrivée il y a quelques années qui furent les meilleures de ma vie.

Écrit par : Zosio | 16/06/2013

Répondre à ce commentaire

Bon, sans doute un demi-réveil, je réponds à Ambreneige et à Kayaa en même temps. Confusion quand tu nous tient ! Mais merci à toutes !!!

Écrit par : Zosio | 16/06/2013

Répondre à ce commentaire

et tu es de quel coin de Belgique ? mes ascendants étaient de Louvain
Bisous et bon dimanche !

Écrit par : ambreneige | 16/06/2013

Répondre à ce commentaire

Je suis née dans le sud du brabant wallon, et j'ai émigré dans la région namuroise.
Bonne fin de journée, biz

Écrit par : Zosio | 16/06/2013

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.