16/07/2013

Zosio (50)

 

Le bel entrain du lundi rencontre déjà des obstacles le lendemain matin.

 

Dès que j’ai appris que Dam m’avait remplacée en quelques jours et s’était déjà installé chez « l’autre », en passant dans la rue, j’ai vu une voiture bleue, type voiture de femme, de marque française.  Coffre ouvert, et personne à l’intérieur.  Je l’ai immédiatement assimilée à « sa » voiture…  Et malgré tous les détours pris pour m’éviter, je croyais, dur comme fer que c’était sa voiture…

 

Et ce matin, arrivant au boulot, je vois le vélo de Dam.  Tiens serait-il déjà arrivé ?  Non, il n’est pas là !  Il parque donc son vélo sur le site pour descendre le midi voir sa môman, sans doute, et passer à « la pompe » du village…

 

Je suis dans la cuisine extérieure, face à la grille d’entrée.  Une voiture bleue s’arrête, voiture de femme, de marque française…  Dam me tourne le dos, l’embrasse sur les lèvres, comme il le faisait avec moi, en montant dans ma voiture, pas en arrivant au boulot, pour que personne ne sache que nous vivions ensemble…  Puis, il sort, et tombe sur mon regard…  Grand malaise toute la journée, de sa part.  J’avais envie de lui demander de me la présenter pour faire disparaître son stress, et puis, je n’ai rien dit.  Non, je dois me montrer indifférente, même si je ne le suis pas du tout, même si la souffrance reste latente et n’attend qu’un prétexte pour me transformer en fontaine d’eau salée.

 

Mais bordel, pourquoi est-ce que je n’ai pas droit au bonheur, qu’est-ce que j’ai fait pour en être réduite à tant d’échecs.  Qui distribue les cartes ?

 

D’autre part, je pense que cet état de grâce qui les entoure pour l’instant, risque de ne pas durer, perdurer, encore longtemps.  Les couples ne sont pas forcément heureux ensemble, c’est un mythe que je m’invente, c’est un objectif que je voudrais atteindre, et ma quête du bonheur de vivre à deux doit tenir du fantasme… 

 

18:30 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.