25/10/2013

Zosio (73)

 

Il est difficile de discourir sur le bien-être, voilà pourquoi je n’apparais plus autant ces dernières semaines.

 

Je ne vis que de bons moments, que ce soit en grattant dans mon jardin, en travaillant ou en faisant semblant de travailler au bureau, en lisant, en réfléchissant au bouquin, que raconter lorsqu’on se sent bien dans tout ???

 

Et puisque c’est comme ça, je me suis lâchée : aujourd’hui, j’ai porté une jupe noire et évasée, au-dessus du genou !  Je ne porte JAMAIS de robe ou jupe.  Je déteste mes jambes et mes genoux, et mes chevilles, bref, tout le bas !  Cet avis n’est partagé que par moi, mais il en est ainsi !

 

Un collant noir, des bottines pointues avec talon fin, en daim brun, à revers, et un pull noir également, d’une matière ultra douce et à longs poils.  Oui, je me suis un peu défoulée dans les magasins de fringues ces derniers temps, et je me suis laissé aller…

 

Evidemment, mes 8 collègues masculins m’ont regardée de la tête aux pieds, discrètement…

 

Nous devions étendre des toiles d’araignées sur les parois de la grande tonnelle, pour les festivités d’halloween auxquelles je ne participerai pas ce samedi, la présence du fils m’en dispense.  Il y avait Dam et l’idiot du village, les deux gamins, étaient sur des escabelles.  Bien sûr ils m’en ont proposé une au choix…

 

-        Non, je ne monte pas sur un promontoire aujourd’hui, vous accourreriez tous pour me tenir l’échelle !

 

-        Oh oui ! Bonne idée !

 

-        Machin !  Truc !  Bazar !  Venez tous, Zosio va monter sur l’escabelle !!!

 

Bref, l’effet désiré était obtenu, je me faisais remarquer ferme…

 

En quittant, il y en a même un qui a dit qu’ils n’avaient pas l’habitude de me voir comme ça, mais que c’était bien !

 

Ben dis-donc !  Il faut peu de choses !  Une paire de guiboles couvertes d’un collant noir peu transparent.

 

La journée se finissait plus tôt, je voyais ma psy avant de chercher le fils.  Et là encore une fois, des félicitations de la satisfaction et le rappel des mises en garde au sujet de mes poisons…

 

Nous nous reverrons selon mon besoin, ma demande.  Je n’ai peut-être pas encore fini de trébucher sur cette route semée d’embûches…

 

19:10 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Commentaires

hé oui! Z' aiment ça , les gars, voir nos mollets...
C' est bien de lire ça : "Il est difficile de discourir sur le bien-être, voilà pourquoi je n’apparais plus autant ces dernières semaines."
C' est bien aussi d' avoir quelqu' un "en secours" .
Continue, Zosio. Va .

Écrit par : Pierrot Bâton | 28/10/2013

Répondre à ce commentaire

Et oui Pierrot ! J'emprunte une large avenue et le ciel est bleu...

Écrit par : Zosio | 28/10/2013

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.