29/11/2013

Zosio (77)

 

Et alors ce rêve dont je parlais précédemment, et qui m’a tellement marquée, le voici.

 

Il se situe en 1989, et les faits rêvés se sont déroulés en 1990…

 

En 1989 donc, j’étais « chauffeur » à un festival du cinéma.  Je pilotais une grosse italienne très puissante et toute nouvelle.  Je vivais seule dans un studio minuscule situé dans un grenier de ferme très isolée dans la campagne namuroise.

 

Les journées comptaient 30 heures de travail, et par bonheur ce rythme ne dura que 10 ou 12 jours.  Mon propriétaire était célibataire, fermier du dimanche mais fonctionnaire européen en semaine.  De quatre ans mon aîné, il avait plein d’amis qui passaient sans cesse faire la fête avec lui, la plupart étaient largués par leur première femme, ils vivaient donc une seconde jeunesse post estudiantine.  Je me joignais parfois au groupe des largués et les fêtes étaient toujours très arrosées…  Au lieu de rêver et de dire « on va faire », on faisait !  C’est notamment ainsi que je me suis retrouvée par deux fois au fond d’une grotte, au beau milieu de la nuit avec mes potes spéléologues, sans équipement, sans prévenir personne, au risque de rester coincée là plusieurs jours.

 

Mais revenons à ce festival.  Le lendemain matin je devais chercher une personne à l’aéroport de Paris.  Je fus donc libérée suffisamment tôt pour avoir quelques heures de sommeil.  En rentrant dans la cour de la ferme avec ma bagnole de rêve, un ami de mon propriétaire, tout jeune gamin de presque 22 ans, que je connaissais vaguement, est sorti admirer l’engin.  Il m’a fait tout un plan pour que je la lui prête.  J’ai refusé.  Par contre, je lui ai passé mon badge du jour pour qu’il puisse participer à la soirée donnée dans une boîte du coin.

 

J’avais déjà 31 ans.  Mes collègues étaient évidemment plus jeunes d’une petite dizaine d’années, mais nous avions d’excellents rapports et nous retrouvions souvent ensemble à bavarder entre deux courses entre les hôtels, les gares, les aéroports, les salles de cinéma, etc.

 

Et une nuit de cette époque précisément, j’ai fait le rêve suivant :

 

J’étais attablée dans un endroit public sombre et bruyant, et je parlais avec l’un de mes collègues chauffeur que j’appréciais particulièrement, je lui expliquais que maintenant je vivais avec le jeunot ami de mon propriétaire.

 

Au réveil, j’ai repoussé ce rêve idiot.  Cela ne se pouvait, c’était tout à fait ridicule d’imaginer, même en rêve, que ce couple puisse exister !  10 ans d’écart !  Un gamin !  Je suis mère d’un enfant handicapé mental de 10 en plus !  Non, ça n’a vraiment aucun sens !

 

J’ai très vite oublié cette conversation rêvée, et j’ai retrouvé ma vie quotidienne et mon bureau de secrétaire.

 

Quelques fêtes plus tard, j’ai recroisé ce jeune gamin.  Il était marrant, il éclusait beaucoup, il tenait la distance avec la bande de vieux croûtons que nous étions, tous dans la trentaine et parents occasionnels (les gardes alternées, mon fils interne en institut spécialisé, les droits de visite).

 

De fil en aiguille je l’ai mieux connu, il m’a mieux connue, et…  au printemps suivant nous avons conclu !  Pire encore, nous avons immédiatement vécu ensemble, au grand dam de ses parents.

 

Les mois se passent, l’idylle prend de l’ampleur (elle durera quand même 13 ans), et nous sortons régulièrement le WE, notamment au piano bar de la ville…  Lieu très couru à l’époque par toutes les générations pour les concerts du samedi soir.

 

A l’automne suivant, j’y retrouve plusieurs de mes copains chauffeurs.  Mon jeune gamin en connaissait certains, c’est donc tout naturellement que nous avons passé la soirée ensemble, lui parlant avec ses connaissances, et moi avec mon préféré.  Il me questionne sur ma vie d’après festival, et c’est tout naturellement que lui annonce que je ne vis plus seule, le gamin partage ma vie depuis plusieurs mois…  Et là, le flash m’éblouit !  Je me tais, j’observe la scène et je me rends compte que je revis précisément ce rêve idiot, repoussé, expulsé de ma tête !

 

Tout y est, l’endroit, la position, les personnages, tout…

 

J’avais toujours ressenti mes rêves étrangement, mais depuis ce moment, chaque rêve me pousse à l’interrogation.  Cela est-il de l’ordre du possible ?  Evidemment selon les situations rêvées, certains s’excluent d’eux-mêmes.  Mais les autres ?

 

Lorsque je retrouve des morts, me glissent-ils un message de l’au-delà ? 

 

Il m’est alors difficile de rester « rationnelle »…

 

19:36 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (10)

Commentaires

Merci d'avoir partagé ce rêve.

Oui, même s'il y a des explications "rationnelles" comme je l'ai déjà évoqué : sur des centaines et des centaines, il est logique qu'il y une "hypothèse faite par le cerveau dans un rêve" qui s'avère juste, combiné à une sensation de déjà-vu, ça peut très bien être l'explication de cette "prémonition" ; je disais donc : même s'il y a des explications "rationnelles", on peut aussi dire que la vie en tant que telle est un mystère.

Et que donc, puisque la vie à la base est un mystère, tout peut être mystérieux, et "irrationnel".

L'essentiel de toute façon, c'est ce qu'on vit, qu'on l'ait rêvé ou pas avant... :-)

En tout cas, merci du partage, encore une fois très bien écrit !

Bisous.

Écrit par : Cédric | 30/11/2013

Répondre à ce commentaire

Merci Cédric!
Ta vision des choses fait du bien à entendre !
Bon WE, biz

Écrit par : Zosio | 30/11/2013

Répondre à ce commentaire

Tout comme il a dit le Cédric! C' est effectivement troublant .........

Écrit par : Pierrot Bâton | 01/12/2013

Répondre à ce commentaire

Je dirais même plus: "troublant" :-)))
Bon dimanche Pierrot !!!

Écrit par : Zosio | 01/12/2013

Répondre à ce commentaire

Nous serions bien présomptueux de croire qu'il n'existe pas d'autres réalités que celles que nos sens permettent de percevoir, ou notre intelligence d'entrevoir, ou même notre imagination de concevoir... (copyright L'Homme, tous droits réservés...woouuahaha...)

Écrit par : Un homme | 01/12/2013

Répondre à ce commentaire

Tout à fait l'HOMME !!!!

Écrit par : Zosio | 02/12/2013

Répondre à ce commentaire

Comme il n'y a pas de hasard, je viens de chez moi où tu as laissé un très joli comm, je déboule chez toi et je lis ça. Je reviendrais ce soir lire plus en détail, parce que bien sûr, tu penses bien que ça me parle.
Nous faisons quantité de rêves, nous nous souvenons de certains qui n'ont ni queue ni tête...influencés par ce qu'on a vu la veille, ou ce qu'on a entendu, ou mangé... en revanche, il y en a d'autres...
Je n'ai fait que 3 rêves prémonitoires dans ma vie, je dis " prémonitoires " parce ce qu'ils se sont réalisés.
Et puis ces 3 autres qui me donnent certainement la clé de quelque chose que je n'arrive pas encore bien à cerner:).

Écrit par : Angele | 03/12/2013

Répondre à ce commentaire

Perso, seulement un vraiment réalisé, mais parfois la sensation de déjà vu alors que j'y suis pour la première fois de ma vie, et aussi, un jour, j'ai croisé un touriste belge comme moi, dans le sud de la France, nous étions tous les deux en vacances, pas ensemble bien entendu, mais l'un comme l'autre nous étions convaincus de nous connaître, on a retourné tous nos souvenirs sans trouver le lieu dans lequel nous aurions pu nous croiser et faire connaissance, je n'avais que 18 ans à l'époque...
Bonnes recherches !

Écrit par : Zosio | 03/12/2013

Répondre à ce commentaire

Comme quoi, faut jamais conduite une grosse italienne.
Ça peut finir en 13 ans sur la banquette arrière...
:-)

quand aux mystères des mystères de notre cerveau, fais-toi examiner par un neuroscientologue scientiste qui vas te passer le bulbe à sa découpeuse en rondelles appelée Hier-aime... et tu sauras tout tout tout sur ton cichisme !

Écrit par : alainx | 03/12/2013

Répondre à ce commentaire

PPPPPffff, ce putain de rêve aurait pu me prévenir que ça ne durerait que 13 ans...
Je ne conduirai plus jamais de grosse italienne ! Na !

Écrit par : Zosio | 03/12/2013

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.