10/01/2014

Zosio (83)

 

Chez mon frérot depuis quelques jours, en plein travail de relecture du livre.  Quel « travail » agréable !  Comme il est intéressant d’analyser nos mots à tous deux, de rechercher la meilleure manière d’exprimer pour être lu exactement comme nous souhaitons être compris, pour ce que nous voulons précisément faire passer.

 

Oui, j’écris, c’est facile, ça coule tout seul, mais à la relecture, je me rends compte que le lecteur potentiel peut rester avec de gros points d’interrogation dans les yeux.  Alors, je dois tenter de me mettre à sa place tout en évitant les redondances.  Et là, l’exercice devient vraiment intéressant.  Le pratiquer en couple (d’écrivains je précise), est encore plus riche.  La langue française est tellement riche de mots, d’expressions, que nous finissons toujours par trouver exactement le terme évoqué autrement.

 

Installé sur la mezzanine du loft, lui me tournant le dos, tourné vers son écran, moi affalée sur le lit, mon grand classeur en mains, à tour de rôle nous relisons les chapitres qui défilent devant nos yeux.  Et d’autres anecdotes illustratrices du texte sont encore évoquées, d’autres souvenirs enfouis remontent sur nos lèvres.  Pourquoi ne pas les y avoir inscrits ?  Sont-ils importants ?  Nous sont-ils seulement personnels ?

 

Puis apparaissent des moments de défoulement sur un thème parti en vrille.  Ont-ils leur raison d’être ?  Ne nous éloignons-nous pas trop de notre objectif ?

 

Soudain, je consulte mon téléphone.  Tiens, j’ai reçu un message !  J’ouvre…

 

« Je suis au regret de vous annoncer le décès de ma fille Unetelle »

 

Non, c’est pas vrai !  Un de mes collègues déjà veuf depuis quelques années d’une femme qu’il adorait, ayant perdu sa maman l’an dernier, ensuite son demi-frère qui s’est suicidé, et maintenant la prunelle de ses yeux, sa fille unique au milieu des trois garçons.  Sa fille qui vivait encore avec lui, avec sa petite fille qui a seulement deux ans et demi !  Sa fierté, son bonheur…  Un accident, une mauvaise chute dans les escaliers, une fracture du crâne, une hémorragie cérébrale fatale.  Il a été éveillé par le bruit de la chute, il est arrivé tout de suite, elle est partie dans ses bras, avant l’arrivée des secours…

 

Trop con !  Trop injuste !  La vie ne tient-elle donc qu’à si peu de chose ?  29 ans, un petit tour et puis s’en va ?

 

Je veux être présente avec mes autres collègues pour la cérémonie, je veux le serrer dans mes bras, je veux tenter de lui donner un peu de ma force retrouvée.  Je suis tellement triste pour lui.

 

Je reprends la route pour rejoindre la maison.  Demain je reviendrai chez mon frère, nous reprendrons notre travail pour le terminer avant lundi.

 

Je vis dans l’émotion constante et je ressens les émotions des gens qui m’entourent avec une grande paix intérieure.

 

Je vis, simplement, humblement, profitant de chaque instant, recevant, essayant de donner le meilleur de ce que l’humain peut posséder en lui…

 

16:59 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (6)

Commentaires

Tu es belle.

Écrit par : Cédric | 10/01/2014

Répondre à ce commentaire

Merci Cédric, je tente d'être vraie et de ne pas oublier d'où je viens...

Écrit par : Zosio | 11/01/2014

Répondre à ce commentaire

Malgré la douleur ressentie, on est toujours sensible à la présence de l'autre.

Écrit par : Pierrot Bâton | 12/01/2014

Répondre à ce commentaire

C'est bien peu d'offrir de la présence, mais que peut-on faire de plus ? Notre impuissance est criante...

Écrit par : Zosio | 13/01/2014

Répondre à ce commentaire

Quelle triste nouvelle que celle touchant ton collègue... une odieuse "loi des séries" s'acharne... :( Que dire, les mots manquent, c'est cruel... 29 ans, une chute... la vie ne tient vraiment qu'à un fil...

Écrit par : Khayaa | 28/01/2014

Répondre à ce commentaire

Oui, un tel acharnement sur ce brave homme défie l'imaginable. C'est un roc, même s'il sait à peine lire et écrire, il a un coeur énorme et est d'une droiture sans faille. Il s'accroche à son travail, nous espérons tous qu'il surmontera son chagrin. Sa petite-fille sera son bâton de vieillesse, elle ressemble tellement à sa maman...

Écrit par : Zosio | 29/01/2014

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.