20/01/2014

Zosio (84)

Pourquoi soudainement cet enchaînement supersonique d’évènements normaux, qui qui surviennent coup sur coup ?  Pourquoi le fils qui a eu 35 ans mercredi dernier était-il si nerveux ce week-end ?  J’éprouve du mal à suivre ce rythme infernal, je n’ai plus une minute pour moi et j’ai mal partout, mes bras ne veulent plus porter une charge d’un kilo, je me sens épuisée dans la douleur.

Et encore des rêves, plein de rêves en ces nuits de mauvais sommeil qui correspondent à la montée de la lune, dont un extrait : mes parents étaient revenus de la mort.  Ils étaient dans la maison familiale, et un problème se posait : ils n’avaient plus d’argent puisque nous avons hérité de leurs biens.  Et je me tracassais, j’ai dépensé l’argent pour la restauration de ma maison, et je ne sais pas leur rendre.  Je peux juste proposer qu’ils vivent avec moi.

Décidément, dans mes rêves les morts et les vivants se côtoient le plus simplement du monde.

Et cet autre rêve qui m’a bien amusée, il concerne mon ex belle-mère dont le fils m’a le plus simplement du monde mise à la porte après 13 années de vie commune pour se mettre en ménage avec son amour de jeunesse.  Ils viennent encore me hanter la nuit après plus dix ans.  Cette fois, la belle-mère m’avait invitée à une grande réception familiale, j’y étais avec mes amis, ma famille.  Elle voulait réaliser une rencontre de « réconciliations amicales », et à la fin du repas, je me suis levée, et j’ai pris la parole :

  • Tu veux paraître bonne et aimable ?  Tu crois que tu vas acheter mon pardon pour ce que tu m’as fait ?  Pour avoir participé à la lâcheté de ton fils ? Pour l’avoir protégé en encouragé à me larguer ?  Et bien non, maintenant que j’ai terminé de manger, je vais te montrer que je ne te pardonne pas.

J’ai alors saisi les verres en cristal Val St Lambert pour les fracasser sur le sol, mais ils rebondissaient.

  • Je vois que tu avais prévu et que tu n’as pas sorti ta vaisselle fragile.

Je cherchais un autre objet, je voulais briser, éclater, faire surgir la vérité devant toute l’assemblée qui comptait essentiellement ses proches à elle et son fils chéri avec sa compagne.

Je me suis éveillée avec le sourire…

Je voudrais un sommeil réparateur, sortir de cet état de fatigue.

A la dernière réunion AA l’animatrice m’a dit en sortant :

  • Tu as l’air crevée !  Il faut que tu te reposes, reviens en forme la semaine prochaine, pense à toi, fais-toi du bien !

J’ai traduit par :

  • T’as vraiment une sale tronche aujourd’hui !

Le lendemain je filais chez le coiffeur pour me faire ratiboiser la colline…

19:29 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (6)

Commentaires

Tu viens de m'apprendre cette expression "se faire ratiboiser la colline" ! :-)

Merci !

Plein de bisous.

Écrit par : Cédric | 23/01/2014

Répondre à ce commentaire

Que veux-tu, un premier mariage avec un parigot grande gueule maitrisant parfaitement l'argot, ça laisse des traces...
Biz

Écrit par : Zosio | 23/01/2014

Répondre à ce commentaire

Les rêves (quels qu'ils soient) nous permettent souvent de "rejouer ou évacuer" ce qui, dans la vie diurne, on n'a pas fait ou dit... enfin, c'est plus complexe que cela mais c'est un début d'explication (je suis un peu trop fatiguée pour trouver les bonnes tournures), je ne t'apprends rien.
Depuis le décès de Petit-Frangin, oui, c'est bien en rêves que nous "continuons" à faire des choses ensemble, à nous parler, à rire ou pleurer, à jouer, ... et j'aime j'aime, j'aime ça !
Bien sûr, tu vis la fatigue des nuits "remuantes" et je te souhaite de pouvoir vite récupérer car la fatigue accumulée n'apporte rien de bon (parole de Zaz ^^) !
Je te fais des zoubis et bonne continuation avec ton livre !
(P-s. : pour la note positive --> réjouis-toi de pouvoir au moins aller chez le coiffeur lol, donc avoir des cheveux pour ! Je suis jalouuuuse ^^).

Écrit par : Khayaa | 28/01/2014

Répondre à ce commentaire

Oui, j'adore rêver, c'est une échappatoire dans laquelle je réalise mes pulsions retenues de colère, dans laquelle je continue de vivre avec mes disparus. Maman m'enviait, je rêvais de ma soeur disparue, elle pas, ça lui manquait de ne pas pouvoir la retrouver via ce biais. Elle l'a hantée les premiers temps de son décès, après, elle a disparu de ses songes, elle en éprouvait une grande frustration.
Mais mes rêves conditionnent mes jours, d'où une certaine fatigue selon leurs histoires vécues la nuit...
Oui, je le ferai le tag...
Ils repousseront un jour tes cheveux, quand tu leur permettras, quand tu te sentiras bien, quand tu t'aimeras.
Bisous bisous !

Écrit par : Zosio | 29/01/2014

Le coiffeur : remède universel pour nos coups d' mou !

Écrit par : Pierrot Bâton | 29/01/2014

Répondre à ce commentaire

Oh oui Pierrot, c'est bien vrai ! Couplé avec un peu de shopping du genre fringues ou chaussures, c'est le nirvana assuré !
Qui a dit que les femmes étaient difficiles à satisfaire hein ???
Belle journée !

Écrit par : Zosio | 29/01/2014

Les commentaires sont fermés.