25/02/2014

Zosio (89)

 

Il est des personnes qui ne se découragent jamais.  Ma voisine en fait partie.

 

La semaine ne peut se terminer sans qu’elle revienne à la charge, et cette fois-ci, elle appelle la police, après avoir longuement regardé ma toiture accompagnée d’un homme d’environ son âge.  Aurait-elle un petit-ami ?  Le pauvre, il va devoir subir sa tyrannie, mais peut-être est-il masochiste ?

 

Je suis à la maison ce jour-là.  Toujours à torchonner, et il y a matière à.  Je croise un des ardoisiers courant dans les escaliers appeler son collègue à l’œuvre dans le grenier :

 

  • La police est là !  Elle va m’entendre cette fois-ci la voisine !

 

Insidieusement, j’ouvre la porte.  Une femme agent de police accompagnée d’un collègue écoute les doléances de la dame en grandes explications. 

 

Elle me demande l’autorisation d’entrer.  C’est avec un plaisir non dissimulé que nous l’invitons à venir se rendre compte du délire qui taraude la voisine.  En passant dans le living, elle se présente : elle est notre nouvelle agent de quartier !  Tiens donc !  Ils ont enfin compris que le précédent nous menait en bateau ?  Et elle a la tête bien accrochée sur les épaules.  Je lui glisse le règlement communal concernant l’interdiction d’utiliser les trottoirs pour n’importe quel dépôt dont les pots de fleurs.  Elle apprend alors l’origine de ce différend et le harcèlement dont la voisine nous gratifie presque jour et nuit.  Elle saisit immédiatement la situation et accepte spontanément de lui transmettre l’article du règlement.  Dans le grenier, elle constate sans prendre de mesures, ni faire de longues études architecturales, que les murs sont complètements tordus et ne suivent aucune logique de perpendicularité, c’est donc en toute logique parfaitement normal que cela se marque à l’extérieur.  Elle ajoute même que c’est tout à l’avantage de la voisine puisque nous protégeons une partie de « son » mur.

 

Elle nous quitte et entre chez la voisine qui jubile déjà du plaisir qu’elle ressentira d’apprendre les irrégularités que fourbissent mes ardoisiers…

 

Quelle déception a-t-elle du ressentir, la voilà attaquée pour sa mauvaise foi, et de plus, elle apprend qu’elle est dans l’illégalité avec ses pots de fleurs !

 

Elle appelle à son secours sa fille qui déboule comme une furie, se gare à l’épicerie qui ne dispose que de deux places de stationnement pour ses clients, traverse la route d’un pas de militaire en manœuvre et entre chez sa mère, elle doit voir de ses yeux la vérité, trouver la faille, ne pas admettre qu’elle a eu tort.

 

Mais rien ne joue en sa faveur, elle repart la queue entre les jambes, et depuis ce jour béni, j’ai la paix !  Enfin !

 

Pour combien de temps ?  Je l’ignore.  Gageons que le bras de fer va se poursuivre à chaque occasion qui se présentera. 

 

Toujours est-il que les pots de fleurs sont toujours là, attendant la maladresse d’un conducteur du voisinage. 

 

Tous les habitants sont au courant de ce scandale avorté, de la règlementation en vigueur et des droits que nous avons tous.

 

Personne n’est enclin à sympathiser avec cette femme, que du contraire.  Et moi, je suis maintenant connue partout comme porte drapeau de quartier.  Si je m’ennuie, je pense que je pourrais me lancer en politique aux prochaines communales…

 

Ah qu’il fait bon vivre au village !!!!

 

 

 

17:49 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Commentaires

Aaah Zosio, je continue à te lire, tu sais, mais les péripéties avec ta voisine ne m'inspirent pas trop... Ceci dit, ton bouquin m'intéresse nettement plus. Et si tu en mettais un extrait sur ton blog, hein ? Pas une bonne idée, ça ?

Écrit par : Un homme | 27/02/2014

Répondre à ce commentaire

Oui, je comprends bien ton opinion, la banalité de l'existence est moins intéressante, c'est tellement rare que ma vie ne soit pas bousculée par des éléments improbables...
Là, je digère encore un peu le dernier en date avant de l'exprimer.
Pour ce qui est de publier un passage du livre, vu que je suis co-auteur, je devrais avoir l'autorisation de mon "partenaire", qui vient juste de partir pour Bangkok...

Écrit par : Zosio | 27/02/2014

Répondre à ce commentaire

OK l'HOMME c'est corrigé !
Zosio

Écrit par : Un homme | 27/02/2014

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.