02/03/2014

Zosio (91)

Une grosse bouffée de bien-être m’envahit après une période dénuée d’intérêt et même maussade.

Il suffit d’un rien, d’une belle rencontre blogamie âme-soeur, d’une journée ensoleillée avec le fils et le Dam (en toute amitié, je précise), à travailler au jardin, le grand air, les fleurs qui retrouvent doucement un air de fête après les lourds travaux entrepris cet hiver, les bourgeons qui pointent leurs nez, les conversations riches, la douleur qui quitte doucement mon coude atteint d’une épicondylite et mon genou dont les bourses sont irritées (si, on a des bourses aussi, nous, les femmes, à toutes les articulations), mes amortisseurs naturels fatiguent, et je me soigne, j’infiltre des piqûres, et ça soulage.  C’est comme ça m’a dit le docteur, l’âge ne me permet plus les mêmes péripéties qu’avant, la souplesse se dilue, et les articulations manifestent leur mécontentement d’être soumises à trop de sollicitations.

Mais là, tout de suite, je ressens une grande plénitude, et il n’y a que ça qui compte, alors je partage…

Un partage dans la confiance absolue…

 

19:59 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Commentaires

Aaah la plėnitude, quelle magnifique sensation... suis heureux pour toi...

Écrit par : 1homme | 02/03/2014

Répondre à ce commentaire

Oh mais quel ravissement de lire ce message !!
Que cette plénitude demeure, germe encore et encore en toi, malgré "tous les autres malgrés" qui eux, peut-être aussi, décideront par ricochet de te lâcher un peu la grappe ! ;-)
J'ai du retard dans la lecture de tes messages alors béni soit "le hasard" qui m'a permis d'atterrir sur ce 91ième, en guise d'hors-d'oeuvre^^.
C'est fou comme le beau temps, le soleil, ont une positive incidence sur nos humeurs et émotions...
Vive le printemps, pour commencer !
Prends bien soin de toi car oui, nous vieillissons et devons redoubler de précautions (hélas !!).
Zoubisous, à bientôt ici et là xoxoxoox

Écrit par : Khayaa | 18/03/2014

Répondre à ce commentaire

Et oui, les premiers rayons réchauffant de l'année, l'odeur de la terre qui s'éveille, le chant des oiseaux qui déjà s'affairent à la confection des nids, les bernaches qui passent et repassent, toujours à proximité de la Meuse, c'est magique... C'est comme si on découvrait la vie pour la première fois, même si c'est pareil chaque année.
Promis Elsa, je ne grimperai plus sur les arbres que je plante, et j'ai abattu les anciens pour ne pas m'y risquer.
Gros bisous à toi !

Écrit par : Zosio | 18/03/2014

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.