15/04/2014

Zosio (98)

Google je te remercie !

Lui, il l’a retrouvé, et j’ai su tout de suite que c’était lui !  Son métier d’art y est inscrit en toutes lettres.

Un premier mail plutôt neutre, de prise de contact lui est envoyé, et tout de suite, une réponse inespérée, un cri de joie, et une question : lui avais-je pardonné ?

Oh il me craignait, il croyait que j’étais en colère.  Son épouse me connait, elle a entendu parler de moi, sans doute que notre escapade en camping sauvage le temps d’une nuit a marqué sa famille au point que tout le monde sache et en parle.  Et il y a notre attachement réciproque qui est resté intact depuis 37 ans. 

Si, j’accepte son invitation, je vais lui rendre visite, dans un mois, en Provence où il vit et exerce sa profession depuis son retour de 5 années au Canada dans les années 80.  Il a deux grands enfants, il est heureux en ménage, il parait que sa femme est géniale, échange de photos d’hier et d’aujourd’hui.  Il était déjà très beau lorsque je l’ai rencontré, mais c’est pire encore aujourd’hui, le temps n’a pas de prise sur lui, et mis à part ses cheveux blancs (il était tout blond dans le passé), il resplendit et a conservé un corps et un port magnifique…

Oui, j’ai trouvé un homme normal !  Donc il en existe, mais ils sont mariés et heureux en ménage et se préservent des petites vieilles qui ont raté leur vie une fois, deux fois, trois fois, un nombre incalculable de fois au point d’être devenue des célibataires chroniques.

J’ai tout faux et ça remonte très loin dans le temps.  Il faut réussir du premier coup ou passer son tour à vie.

Je suis très impatiente de le retrouver, il est très impatient de me revoir.  Il fait partie de ma vie, comme je fais partie de la sienne.  Il m’admire beaucoup et nous restons en contact chaque jour, il m’appelle au téléphone, il est soulagé de comprendre enfin que je ne lui en ai jamais voulu, que je n’ai rien à lui pardonner.  Nous étions des enfants, nous nous sommes aimés intensément.  Nous avons été séparés.  Il a réalisé sa vie, il y a trouvé son bonheur.  J’ai réalisé la mienne, j’y ai trouvé quelques plages de bonheur, quelques chaos, lui non plus n’a certainement pas été épargné des soucis, mais il a tenu sur la distance et m’a déjà avoué qu’il n’avait pas profité de son atout charme et beauté, c’est donc qu’il est heureux en ménage et je mets un point d’honneur à ne pas porter atteinte à cette sérénité qu’il vit.

 

En conclusion, s’il en fallait une, je voudrais dire qu’il ne faut jamais hésiter à rechercher les personnes qui ont compté dans notre vie, simplement pour pouvoir leur dire qu’elles ont compté et qu’elles comptent encore.

Et puis, envie de dire à la jeune génération, celle qui en est aux premiers amours sincères, qu’elle vit un grand moment de son existence, qu’il est précieux, c’est un joyau à préserver.  Peut-être les parents d’aujourd’hui sont-ils plus respectueux des émois de leur progéniture qu’à mon époque.  Je l’espère de tout cœur.

Et encore, il faut parler, exprimer ses sentiments, prendre confiance en soi, ne pas se laisser bouffer par les complexes, oser parler de ses ressentis sincères.

 

Et cela me ramène au roman que nous avons écrit mon grand frère et moi, cet hiver.  Il a cherché ma sœur trop tard, et je n’ai pas voulu qu’il soit trop tard pour moi retrouver mon amour de jeunesse, j’ai déjà perdu tellement d’amis auxquels je n’ai pu dire au revoir, je vous ai aimé, vous étiez mes amis.  A l’heure qu’il est, à l’âge que j’ai, c’était une démarche importante, voir indispensable pour moi.

17:49 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (8)

Commentaires

Bonsoir, toi ! ;-)
Ah, quelle jolie annonce ! C'est juste merveilleux ! Et je te souhaite (mais ça m'a tout l'air d'être bien parti pour toi, pour vous) plus de chance qu'à moi qui ai aussi repris contact, il y a 3 ou 4 ans avec mon premier amour "platonique" de jeunesse et... glups... je n'ai pas du tout regretté que nos routes se soient séparées, lol !^^
Comme tu dois être impatiente, je comprends !!
Où en êtes-vous du roman, au fait ? (Je sais que j'ai loupé quelques articles, d'où ma question qui, je l'espère, ne te froisseras-pas).
Eh oui, les meilleurs sont pris ou "partis"... nous devons nous faire une raison (mais je pense qu'elle est déjà bien façonnée en nous, lol - un peu jaune - !)
Je rattrape mon retard (de lecture des blogs) petit à petit, il se fait tard, je repasse dés que possible et, en attendant, je t'embrasse bien amicalement xoxoxoxo

Écrit par : Khayaa | 16/04/2014

Répondre à ce commentaire

Oh Khayaa, c'était décevant ton expérience de retrouvailles ! Note que j'imaginais aussi que j'allais retrouver un petit vieux décati, bedonnant, ronchon, chauve, presque bavant, pris de la prostate, et j'en passe ! Je lui aurais simplement souhaité le meilleur pour la suite de sa vie, et je l'aurais assuré de mon amitié !
Mais là, là... Je ne peux contraindre mon coeur au calme, il fait boum, boum, boum...
Et lui qui m'appelle chaque jour, me dit que je dois être un poison qui s'est instillé en lui, j'obsède son esprit.
J'ai peur, peur du faire du mal, peur d'avoir mal, je prépare déjà mes boîtes de klenex, mon grand frère se prépare à me consoler à mon retour d'Avignon. Mais sentir son coeur qui bat la chamade est un sentiment que je croyais ne plus jamais vivre, alors je jouis de l'instant.
Le bouquin ? Il attend des compléments d'informations. L'amie de ma soeur que j'ai rencontrée pendant le séjour de mon frère en Thaïlande va à l'opposé de certains témoignages qu'il lui ont été confiés et au départ desquels il a cru bon de tirer des conclusions. D'où il nous faut confronter, et revoir les jugements qu'il a porté et auxquels je n'ai pas forcément adhéré, mais pour lesquels j'ai respecté son ressenti et son interprétation. La construction du livre est réalisée, les points de détail sont à étoffer, à conforter...
Gros bisous Khayaa, prends bien soin de toi et de ton bonhomme qui a besoin de toi.

Écrit par : Zosio | 16/04/2014

Répondre à ce commentaire

Bonjour toi,
Eh bien lorsque j'ai retrouvé mon premier béguin amoureux, j'ai trouvé un... con ! Mais alors très con, machiste, pingre, sans éducation ! J'ai reconnu des signes qu'il avait déjà étant jeune... mais moi aussi j'étais jeune et n'avais pas l'expérience de la vie, encore moins des hommes ! ;-) Ceci dit, nous étions "sortis ensemble" 4 ans... mais il ne fut pas "mon premier homme" malgré tout : j'étais une romantique, je sentais que ce n'était pas LE grand et bel Amour à qui offrir ma virginité ^^ et l'avenir me donna raison puisque je rencontrai, à 18 ans 1/2, celui qui allait le devenir, donc mon premier "TOUT" : premier grand Amour, première grande passion, premier mari (20 ans ensemble) et père de mes Fils ;-)...

Alors non, je ne regrette absolument pas que cette histoire, avec le "Rital pas éduqué" lol, ce soit arrêtée dans les temps et d'elle-même (enfin, non, pas vraiment d'elle-même puisque je l'ai quitté pour "l'autre"... :-)

Quant à ton histoire (je n'ai pas encore lu ton nouveau message, j'espère que la réponse ne s'y trouve pas et le saurai dans quelque minutes ^^), étant donné qu'il s'agit d'un homme marié, je souhaite qu'effectivement rien ne soit déchiré qui ne doive l'être de cette façon ou d'une autre, ni de son côté ni du tien (ton coeur). Prends garde à toi quand même, hein ?! Car si ton coeur reprend du service, ça, c'est juste grandiose, mais mais mais... oui, danger à l'horizon...
Les hommes mariés qui prennent maîtresse/s sont fortiches pour "jouer" les victimes de leurs épouses si ingrates et dotées de tous les maux, de toutes les tares... "que de toute façon ils vont quitter, bien sûr, c'était dans leur projet de vie !", mouais.
Mais je sais que je te t'apprends rien, alors : take care !
J'espère que tu ne m'en voudras pas pour ma façon de te dire les choses mais c'est parce que j'ai été des deux côtés de la situation : maîtresse puis femme trompée. Donc... ^^
Alors je vais suivre tout ça... :-)

Pour ce qui est du livre, la patience est donc à cultiver !
Zoubis xoxoxx

Écrit par : Khayaa | 01/05/2014

Aaah (r)allumer le feu... pas sans danger, ça... mais il faut vivre dangereusement, c'est la seule façon de vivre vraiment...

Écrit par : Un homme | 18/04/2014

Répondre à ce commentaire

Oh oui l'HOMME ! J'ai atrocement peur !
Et hier c'était son anniversaire, un SMS échangé, mais il ne m'a pas appelée, et déjà, le soir, j'étais en manque, je partais en queue de poisson, accentuant d'autant mon angoisse. Alors, je me raisonnais: si nous restons simplement amis (le plus raisonnable), il me faudra maîtriser mes emballements cardiaques, si nous redevenons amants (de l'ordre du possible), je ne devrai pas tout arrêter et attendre comme une grosse nouille chacune de ses manifestations alors que nous vivons à 1000 km de distance. Je dois vivre ma vie de mon côté, éventuellement prendre les plages de bonheurs qu'il pourrait m'offrir, éviter en embûches, et penser d'abord à moi. Evidemment ça ne correspond pas à mon idéal, mais mon idéal n'est pas réalisable. Tout simplement parce qu'il a construit sa vie (professionnelle et privée) sur son couple et ses enfants, et que je ne saurais supporter être la cause de cet effondrement. Tu as raison, je vis dangereusement, c'est effectivement très prenant, les tripes répondent encore "présent" !

Écrit par : Zosio | 18/04/2014

Répondre à ce commentaire

J'ai adoré lire ce billet. Jolie histoire!
Et puis aussi, j'ai adoré ce que tu as écrit là: " En conclusion, s’il en fallait une, je voudrais dire qu’il ne faut jamais hésiter à rechercher les personnes qui ont compté dans notre vie, simplement pour pouvoir leur dire qu’elles ont compté et qu’elles comptent encore."

Comme j'aimerais avoir le courage de le faire! Ca me taraude, et puis, je pense à autre chose, je dévie, je diffère, je fais comme si...D'un autre côté, Google reste muet et c'est pas faute d'avoir cherché^^. Mais j'aimerais oser le dire! Bon, j'ai peut-être aussi une notion de me protéger et la trouille d'avoir mal;)

Écrit par : Angèle | 01/05/2014

Répondre à ce commentaire

Ah Angèle ! Tu prendras la décision quand google ou autre chose te donnera un indice.
Et oui, il y a le risque d'avoir mal, mais à même titre que le risque de se faire du bien !!! C'est un coup de dé...

Écrit par : Zosio | 01/05/2014

Répondre à ce commentaire

Oh Khayaa, je n'arrive pas à te répondre de manière directe à ton message, mais j'y reviens quand même.
J'ai été femme trompée et maîtresse d'homme marié aussi. Mais surtout, j'ai été souillée quand j'avais approximativement 3 ans par un pédophile et ces attouchements explicites ont dirigé ma vie de femme pendant sa plus grande partie. Vis-à-vis de ma famille, j'ai gardé mon secret jusqu'à plus de 40 ans, j'ai lâché le morceau à maman quand elle m'a appris son décès (il s'agissait du patron de ma tante chez qui elle était "en service" après son arrivée en Belgique qui a suivi de quelques années la déportation de Hongrie). Maman m'a crue immédiatement et a ajouté que je n'avais pas les mots pour dire quand j'étais petite enfant, je n'aurais pas su expliquer. Plus tard, j'ai traîner ma mauvaise réputation et j'ai tout fait pour l'entretenir, j'étais "différente" et sans retenue, hors du respect de mon corps. Cet enveloppe n'était qu'un outil qui m'encombrait, alors je l'offrais, et j'aimais me comporter en garçon manqué, c'était déjà mieux qu'être fille...
Phil a été le premier garçon auquel j'ai fait confiance, mais je ne savais pas exprimer mon ressenti, lui non plus. On s'aimait, c'est sûr, mais nous ne savions pas le vivre...
Et maintenant, il est trop tard pour revenir en arrière !!!!
Gros bisous à toi et plein de belles pensées à une femme très courageuse que j'apprécie.

Écrit par : Zosio | 01/05/2014

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.