26/05/2014

Zosio (102)

Demain je reprends le boulot après deux semaines de décrochage et le moins que l’on puisse dire est que cette échéance ne m’emballe vraiment pas !

L’idée de retrouver mon patron et son stress légendaire et disproportionné me gave déjà.  Puis, il y a le Dam.  J’ignore ce qui se passe mais depuis mon retour de France il ne décroche plus son téléphone quand j’appelle, et ne répond pas à mes messages, pourtant je sais (par sa mère) que son numéro est toujours en fonction, mais aussi qu’il a reçu sa note annuelle des contributions.  Alors, la taque tique de la tête dans le sable, ça le connait !  J’avais besoin d’aide pour monter des sacs de galets sur mon toit végétal, il ne s’est pas manifesté…

Ma troisième année de soutien débute, et je vais le lâcher dans la nature.  Où en est-il 24 mois plus tard ?  Toujours au même point.  Peut-être n’a-t-il pas replongé dans l’héro, mais peut-être aussi a-t-il consommé de temps en temps ?  Qu’en est-il de son sevrage alcoolique ?  Là aussi c’est le néant.  Qu’en est-il de l’équilibre de son budget ?  Néant, encore et toujours malgré son affirmation de sevrage.  Deux ans durant lesquels je me suis investie, pendant lesquels j’ai souffert parce que je l’ai aimé, puis, maîtrisant enfin mes sentiments amoureux, encore de longs, très longs dialogues de motivation l’encourageant à continuer sa route, à ouvrir les portes devant lui, à saisir sa chance d’être entouré et apprécié, à tenter de lui apprendre à réfléchir « utile », « besoin », « incontournable » et autres mots du vocabulaire qu’il ne connaissait pas, mais rien n’y fait, tant qu’il a mon soutien il se contente de vivoter, de se laisser porter par le vent léger telle la cigale qui chante tout l’été…

Ma rencontre, en France, avec le couple que forme mon ancien amour de jeunesse m’a plongée dans ma réalité.  J’ai une réponse quant à la survie de l’amour au-delà de la passion, au-delà des enfants à élever ensemble.  Mais j’ai maintenant surtout acquis l’idée de mon impossibilité de réaliser ce parcours parce qu’il commence dans la fleur de l’âge alors que je suis déjà un fruit bien mûr, presque blet, sur le point de tomber de l’arbre…

J’ai aussi découvert mon plaisir de voyager seule, de programmer sans dépendre de personne.  Lorsque l’occasion se représentera, j’envisage d’en profiter à nouveau, un WE promotionnel dans des thermes ou autre chose du genre.  Seule…  rien qu’avec moi-même pour compagnie, loin de ceux qui dépendent de moi, même de mes animaux.  Le Papé a bien fait face à mon absence, j’en étais étonnée au retour de le voir poursuivre quelques initiatives nouvelles.  Quel héroïsme !

J’ai seulement envie de RIEN, rien faire, rien dire, rien penser, transporter mon enveloppe corporelle vide sur la surface de la terre…

12:05 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (7)

Commentaires

oh un toit végétal, j'aurais aimé faire ça ici aussi mais ça aurait coûte trop cher (hélas)
et voyager seule, bravo de t'être lancée! je le fais aussi depuis sept ans et j'en suis très très contente :-) quelle liberté, en effet!!!

Écrit par : Adrienne | 29/05/2014

Répondre à ce commentaire

Ah, Adrienne, le toit végétal ne peut aller partout, l'inclinaison de la pente ne peut dépasser 30°, et il demande un minimum d'entretien, comme le désherbage (des mauvaises herbes uniquement), d'où l'intérêt d'un toit presque plat, et aussi il doit conserver l'eau de la pluie un maximum, bref, il n'était possible que pour mes annexes. Allez, j'en publierai une photo quand j'aurai achevé mes bordures en galets, quand je pourrai bouger mon bras droit en prise avec ma tendinite chronique, les sacs font 20 kg chacun, j'ai besoin du soutien d'un aidant fort que je cherche désespérément...

Écrit par : Zosio | 29/05/2014

Répondre à ce commentaire

"J’ai seulement envie de RIEN, rien faire, rien dire, rien penser, transporter mon enveloppe corporelle vide sur la surface de la terre…" : pareil chez l'homme. Avec en plus une énorme fatigue... Doit être passager... Un coup de mou... Allez, le premier qui se relève, relève l'autre :-)

Écrit par : Un homme | 29/05/2014

Répondre à ce commentaire

c'est pour mon toit plat que je l'aurais voulu, Zosio :-)

Écrit par : Adrienne | 03/06/2014

Répondre à ce commentaire

C'est peut-être encore possible Adrienne, si pas tout de suite, plus tard ???
Tu sais, on a encore toute la vie devant nous :-))))

Écrit par : Zosio | 03/06/2014

Répondre à ce commentaire

Voyager avec soi-même et un excellent choix de compagnonnage !…
:-)

Écrit par : alainx | 05/06/2014

Répondre à ce commentaire

Oh que oui Alainx !

Écrit par : Zosio | 05/06/2014

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.