03/09/2014

Zosio (113)

Mardi, les échanges avec le danseur de salsa se sont faits de plus en plus explicites : s’il fait chaud, tu me reçois en sous-vêtements ?  Nue sous ton trench coat ?  Tu as des chaussures à hauts talons ?  Aimes-tu les hommes complètement rasés ?  J’ai envie…

Bref, il est clair qu’il cherche une professionnelle en vitrine mais qu’il croit la mériter gratuitement !  Je lui envoie quelques mails de réflexion à ce sujet, sa réponse est sibylline : « Je pense comme toi ».  Surtout ne pas se mouiller !

Je sais, ma rencontre avec un pédophile, lorsque j’avais trois ans, m’a marquée au fer rouge, et plus d’une fois je me suis comportée comme une putain avec les hommes, parce que c’est ce qu’ils attendaient de moi, parce que je ne pouvais m’accorder aucune valeur en terme de respect de moi.  Mais aujourd’hui, alors que je me reconnais enfin le droit d’exister en tant que femme « aimable », dois-je encore succomber à l’insulte ?

C’est décidé, je le recevrai habillée avec classe, soignée comme je le suis généralement, sans ostentation.  Il me rencontrera telle que je suis et non telle qu’il voudrait me voir.

Il joue le clandestin en frappant discrètement à ma porte pour s’annoncer.  Le moment du regard est là, derrière la vitre sablée… et …  c’est le ratage total !  Il est d’une laideur à faire peur, un pif gros comme une patate, rouge et piqué, comme un buveur de mauvaise piquette.  Ses lèvres sont tellement minces qu’on se demande s’il a des dents, ses yeux sont à peine ouverts, fines fentes qui n’arrivent pas à cacher le vice qui s’y reflète malgré lui.  Il est torse nu sous une parka, tel que je lui avais suggéré dans son jeu.  Il se peut qu’il porte un string léopard comme je lui avais suggéré, sous son pantalon, mais je n’irai pas vérifier !

Il veut m’embrasser tout de suite, m’enlacer.  Je le tiens à distance.  Sans doute est-il prêt à me sauter sur la table du living ?  Plus je sens sa chaleur, plus la distance s’installe. 

L’impossible rencontre m’a sauté aux yeux en ouvrant la porte.  Je l’emmène au jardin, il boit une eau pétillante et tente de me convaincre que je dois vivre mon plaisir avec lui, que je dois m’ouvrir à la vie au jour le jour, le discours typique des mecs qui veulent tirer un coup avant de se tirer !  Mais même si j’avais envie de tirer un coup, il ne ferait pas le poids, même dans le noir !  Je le congédie très vite, il ne demande pas son reste et repart la queue entre les jambes.  J’ai suggéré de modifier mon profil meet machin et de tarifier mes prestations, ce qui le ramène de suite à son statut de consommateur de professionnelles du sexe.  Il ne me manquerait que mon néon rose…

Soulagée après son départ, je retourne voir sa photo du site : était-ce lui ?  Comment une telle différence est-elle possible ?  Et ses 43 ans ?  Comment est-il possible d’être si laid à un âge où j’étais encore dans la fleur de l’âge ?

Je me précipite chez Papé pour lui dire à quel point le rendez-vous fut un fiasco retentissant. 

Que ce mec retourne à ses films pornographiques et se contente de ses deux mains pour se donner du plaisir !  Mes mains à moi, je les utilise pour gratter la terre de mon jardin, mes yeux me servent à regarder pousser mes fleurs…

Puis, il y a l’autre : Jules !  39 ans.  Depuis samedi il me poursuit, mais plus direct, il expose clairement son unique envie : me sauter !  Son profil n’expose pas son image.  Je le remets à sa place gentiment : va jouer aux billes gamin !  Mais il insiste, sans vulgarité.  Pourquoi s’intéresse-t-il aux femmes « mûres » ?  Parce qu’elles sont plus détachées, plus libérées, plus « coquines »…  Tout un programme !

J’efface ce profil des visiteurs, ce n’est pas ce que je recherche.  Lundi soir, il revient à la charge.  Je voudrais approfondir ces élans que je provoque par ma simple vue en images, je continue le débat par mail, sollicitant une photo.  Il refuse, c’est un homme public !  Il me demande mon numéro de GSM.  Dès qu’il l’a reçu, il m’appelle.    Sa voix est belle, son intonation agréable.  Il m’expose très clairement son objectif : « je veux que tu mouilles rien qu’à entendre ma voix ».  Poète en plus !  Et son métier, c’est dans « la Justice » avec un grand « J », pas avocat, non.

Je lui propose de m’offrir quelques jours de réflexion tout en reconnaissant qu’il a au moins l’avantage d’être direct, pas comme l’autre danseur de salsa.

Je l’ai recontacté pour lui proposer une rencontre sans engagement en préalable indispensable pour juger d’une potentielle attirance physique de ma part…

Wait and see.

Et encore : Eric !  Son annonce semblait correcte, nos échanges ont avancé petit à petit via flash, favori, quizz, et enfin, le mail.  Il m’annonce tout de suite que c’est la sensualité qui l’intéresse en premier lieu.  Pourquoi ne pas utiliser le mot précis « sexualité » ?  Et si le cul fonctionne, peut-être qu’une relation sur la durée peut être envisagée.  Je lui demandais quelles étaient ses priorités…

Ejecté !

Bilan d’un mois de tentatives de rencontres : j’ai rencontré les amateurs de professionnelles du sexe qui sont frileux du portefeuilles, les largués qui sont malheureux parce que personne ne s’occupe plus de leur linge sale, parce qu’ils ont un cancer et espère trouver une infirmière pour leur tenir compagnie et les soigner, les chômeurs et alcooliques (pas forcément liés), qui ont besoin d’un logement décent, les papas célibataires avec ados gentils comme tout, les retraités ventripotents, à la mine défaite, aux oreilles et tarin gonflés, qui pour paraître encore plus avachis laissent pousser leur barbe blanche, ce qui ajoute une touche complémentaire à l’âge déjà bien marqué qu’ils affichent.

08:20 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Commentaires

Zosio, Zosio...
Combien ravie je suis d'avoir repoussé l'heure de mon dodo pour venir te lire, récupérer le retard, prendre des niouzes ^^ !!
Les situations que tu narres sont pathétiques mais...
... Mais me pardonneras-tu l'aveu : je suis MDR... oui, MDR... et puis têh, pour preuve --> LOL LOL et re-LOL ! :-)
D'abord parce que tu racontes avec ce brin d'humour qui te caractérise, qui dédramatise les piètres vérités, et ensuite parce que... ah, parce que ta note est d'une authenticité crue... j'aime !... le bilan m'a "achevée"... le bilan, ce bilan... celui qui justifie que je suis, de mon PLEIN gré, hors circuit, à mon âââge... oui, parce qu'à nos âges^^, pôôôvre Chérie, bah oui, qu'on se le dise : voilà ce qui nous attend ! Liste non exhaustive mais c'est déjà pas mal comme tour de piste !
Rideau, circulez, y'a rien à seoir !
Hue, pouliche !! ;-)
Cougar : au fond, y'a que ça de possiblement satisfaisant, on dirait ! Mais bon, là aussi, c'est une autre paire de manches puisqu'on ne parle pas "d'amour" ni de "compagnon à vivre"... ce n'est généralement le but ;-).
En somme, si l'envie de trouver chaussure à mon pied (pour rester polie) me prenait (ce qui n'est pas près d'arriver - pas dans la "recherche" en tous cas, faudrait que ça me tombe sur le bout du nez mais, comme toi, je sais ce que je ne veux pas...), donc là, si l'envie me prenait disais-je, je serais carrément débectée et ce serait tant mieux... tu confirmes ce que je devinais voire ce que j'ai pu constater il n'y a pas si longtemps que cela... et sans compter que j'en ai entendu d'autres... dans le genre ! ^^
Que te souhaiter ? Une perle rare, bien sûr ! (Mais heu... lol). Ou les joies du célibat... ad vitam aeternam (?!) (Bouhhh, dommage quand même ^^) !!
Heureusement pour ces messieurs, il y a des femmes à leur "mesure", ils finiront bien par trouver... peut-être ! ^^ (Je sais, je suis vilaine là, mais se défouler un chouia, fait un bien fou, gné ?!^^).
Quant à toi : cour'âge !! :-)
Puisqu'il se fait bien tard, je te laisse mais non sans te faire de gros zoubis xoxoxoxoxxoxxxx

Écrit par : Khayaa | 04/09/2014

Répondre à ce commentaire

J'ai payé pour 3 mois d'abonnement, je vais les utiliser et continuer mon "étude" en cours. C'est édifiant, mais elle pourra peut-être servir à d'autres aussi. C'est vrai que les "perles rares" sont casées et heureuses de l'être. Ces hommes me disent que les femmes sur le site recherchent toutes, seulement, les galipettes. Je suggère donc à meet machin de se renommer "galipettes.com - assouvissez tous vos fantasmes en toute discrétion avec des inconnu(e)s !" On pourrait même les accuser de proxénétisme.
Par bonheur, je ne suis pas inscrite pour combler un vide existentiel, ma vie est très remplie et se conjugue au singulier.
Je suis là par curiosité, pour donner un petit coup de main au destin et découvrir des personnalités que je n'hésiterai pas à utiliser lors de la construction d'un prochain roman. Je considère cette expérience comme une étude de moeurs, et une mise à l'épreuve pour moi.
J'attends ma rencontre avec Douglas Kennedy et mon grand frère de coeur, à son retour du Maine dans quelques mois, et je vais tenter de me glisser dans leur projet de collaboration.
D'ailleurs c'est le seul homme pour lequel je passerais outre de son signe astrologique: capricorne ! La race que j'efface tout de suite de tous les profils qui défilent sur meet truc.
Tiens, voilà mon prochain défi !
Allez, je vais consulter mes messages hot !
Gros bisous et "bonne arrivée" dans ton nouvel home sweet home" !

Écrit par : Zosio | 04/09/2014

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.