25/09/2017

120

Comme Manoudanslaforet me le faisait remarquer, il y a l’âge dans la tête et l’âge du corps.

 

On est bien d’accord !

 

Et c’est ce qui me surprend le plus : l’écart qui se creuse entre les deux. 

 

Ma tête a conservé sa part de révolte, et cette révolte s’est sans doute même affutée parce qu’elle a maintenant des éléments d’appui, parce que j’ai analysé, observé des systèmes inventés par l’humain et qu’ils me paraissent déshumanisés, voués à l’anéantissement parce qu’ils reposent sur l’exploitation sans permettre la régénération du système.

 

Pourquoi l’humain, doté d’intelligence, ne met-il pas son savoir au service de l’ensemble de ses congénères ?  Pourquoi l’individualisme a-t-il pris le pas au détriment d’un bien-être plus accessible à une majorité ?

 

Un détail parmi d’autres : je gère le personnel de l’asbl qui m’emploie.  Depuis quatorze ans j’étudie l’évolution des salaires de chaque travailleur.  Le principe de l’indexation est d’application en Belgique depuis… avant que j’entre dans le monde du travail.  Et en 14 ans, alors que le salaire brut du chef de service a augmenté de 100 (chiffre arrondi), celui d’un ouvrier qui travaille pour lui n’a augmenté que de 43 (chiffre arrondi).  Il m’avait semblé comprendre que l’index devait permettre à tous les travailleurs (et aux allocataires sociaux) de faire face à l’augmentation du coût de la vie…  Alors, la vie n’a augmenté que de 43 pour l’un et de 100 pour l’autre ?  C’est drôle, ils paient leur pain au même tarif, leur essence, …  Donc l’un s’enrichit sur le compte de l’indexation et l’autre arrive tout juste à continuer à subvenir à ses besoins ?

Donc, sur cette base, l’écart entre les barèmes ne cesse de se creuser, les « riches » deviennent de plus en plus riches, et les « pauvres » deviennent de plus en plus « pauvres » ?  C’est donc ça la logique défendue ?  Pourquoi ne nous l’a-t-on pas présentée ainsi au lieu de nous endormir avec une théorie faussement égalitaire : « tout le monde aura 2 % » ?

 

De nombreuses questions ont surgi quant à la population mondiale dont je fais partie.  Et si j’étais là, ou là ?  Si je vivais ça ?

 

Mes lectures m’ont menées dans bien des pays, dans des civilisations, dans des époques.  Amin Maalouf fut un guide, au départ avec « Les désorientés », puis les autres, dont « Les identités meurtrières » et « Le dérèglement du monde ». 

De là je suis partie vers des auteurs orientaux, moyen-orientaux.  Et d’un auteur à l’autre, mon parcours de lectrice boulimique m’a promenée vers de belles découvertes divertissantes et instructives.

 

Pour tenter de comprendre il faut apprendre, et pour apprendre il faut pénétrer dans le passé, dans l’histoire.  Alors, les biographies sont des supports, des témoignages à exploiter, et les vies de Louis XIV, de Catherine II, d’Alexandre 1er, d’Aung San Suu Kyi, de Roger Auque, du Che, de Coco Chanel, Marilyn ou Madona et les autres encore, m’apportent un éclairage sur une époque, des faits et des lieux que je n’ai pas connus, pas assimilés, ou simplement pas compris au moment en j’en avais pris connaissance.

 

Et d’autres encore, rien que du plaisir : Anna Gavalda, que j’avais effleurée lors de ma période « je fréquente un bourge qui me paie quatre fois l’an des vacances de grosse bourge, au bord d’une piscine », avec son « Echappée Belle », mais lue entre deux apéros corsés et deux avions, je n’avais pas retenu le nom de l’auteure, et rendu le livre à l’homme du moment.  Un prêt quelques années plus tard, d’une membre d’un groupe de parole que je pratiquais alors, et revoilà Anna dans mes mains, et je la reconnais de suite, et surprise, c’est une réédition, et elle a ajouté un dernier chapitre ! 

 

C’est du pur nectar !  J’imprime son nom dans ma pauvre tête, elle ne me quittera plus, et je cherche, et j’achète et j’adhère totalement, et je la partage avec une amie en pleine dépression qui n’arrive plus à lire, comme c’est souvent le cas quand on est au fond de la déprime, il faut qu’elle positive, qu’elle trouve des histoires qui donnent de l’espoir…  Et Anna, par ses romans, me donne de l’espoir…

Et mon amie de me dire : je comprends que tu l’aimes, on dirait toi, elle pourrait parler de toi.

Là-dessus je cherche ce que nous aurions en commun, et je vois sa date de naissance : 9 décembre 1970, donc, l’année du chien pour les chinois (je suis de l’année du chien, en 1958), puis, sagittaire, je suis ascendant sagittaire.  Echo, écho, écho…

 

Tatiana de Rosnais, « Manderley for ever », m’amène à Daphné du Maurier, auteur anglaise dont je n’avais jamais entendu le nom, mais dont j’ai vu des films tirés de ses romans.  J’embraie et je lis cette auteure particulière dont on se demande d’où lui vient l’inspiration tant sa vie est éloignée de ses créations.

 

Et puis, un auteur anglais m’interpelle également : Alan Hollinghurst.  Plus contemporain, me guide dans le monde peu connu, en ce qui me concerne, de l’homosexualité masculine, qui me touche plus spécifiquement depuis le coming out de mon beau-frère (le mari de ma sœur qui a été assassinée en 2002 loin de l’Europe).

 

Et donc j’ai vogué, d’auteur en titre, de titre en auteur, me laissant porter par mes envies, allant vers des inconnus, me disant que si le bouquin était dans mes mains, c’est que peut-être il fallait que je l’ouvre.  J’ai pris le hasard comme guide et je suis heureuse du résultat, des portes qu’il m’a fait pousser…

 

J’y reviendrai, la dégustation se partage…

 

13:52 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (9)

Commentaires

Quel feu d'artifice ce billet !
J'y retrouve beaucoup de mes thèmes et interrogations...
L'âge du corps, l'âge dans la tête 50 pour le premier, entre 5 et 80 pour le second...ça dépend des jours...Souvent je suis une gosse, parfois un vieux sage sur sa montagne...
Les correspondances un peu karmiques entre les êtres me parlent aussi, beaucoup...Les dates de naissance,les signes, tout ça...
Merci pour toutes ces pistes de pensées.
Bisous
¸¸.•*¨*• ☆

Écrit par : celestine | 25/09/2017

Répondre à ce commentaire

Oh, 50, il te reste un bon bout de chemin selon les statistiques.
Oui, je pars dans tous les sens, je m'attarderai sur ces questions, en fonction de mes préoccupations du moment...
Je me laisserai guider par mon indignation de vieille dame indigne...
Bises

Écrit par : Zosio | 26/09/2017

Je suis une fan d'Anna Gavalda!!!

Écrit par : manoudanslaforet | 26/09/2017

Répondre à ce commentaire

M'étonne pas, comment pourrait-on ne pas être sous le charme ?
C'est ma dose de douceur, de bienveillance, de bonheur, sans tomber ni même effleurer l'eau de rose qui tombe vite dans le gluant. (Ce jugement n'implique que moi et exprime mes goûts personnels).
Belle journée Manou !

Écrit par : Zosio | 27/09/2017

La consolante, Ensemble c'est tout, Je l'aimais : j'ai pas mal d'Anna Gavalda dans ma bibliothèque. Et il y a quelques semaines j'ai acheté "Fendre l'armure". Mais je ne l'ai pas encore ouvert: je le garde précieusement pour les longues soirées d'hiver... Surprenant tout de même cette synchronicité, non? Une synchronicité que je partage par ailleurs tout autant avec Célestine...

Écrit par : Un homme | 27/09/2017

Répondre à ce commentaire

Toi aussi ! Je n'ai pas encore "Fendre l'armure", je vais me mettre en recherche.
Je ne t'imaginais pas apprécier ces divertissements, je t'ai toujours pensé très "sérieux", étudiant les philosophes modernes et les économistes alarmistes, tout en étant abonné à divers mensuels et hebdomadaires financiers. Et non ! Je suis sciée... Je tombe parfois dans la caricature en ce qui concerne le genre humain masculin, faut dire que je n'y ai jamais rien compris, aux mecs...
Avec le recul, je le clame: si j'avais eu le choix, j'aurais été lesbienne. Mais on n'a jamais le choix de son orientation sexuelle, on la subit. Parfois on en retire un bien-être, parfois on la traîne derrière soi comme un boulet, surtout lorsque la vie sexuelle a commencé trop tôt, par une "mauvaise rencontre" dans l'enfance... Mais c'est une autre histoire !
Belle journée Homme, belle synchronicité !!!!
J'aime...

Écrit par : Zosio | 27/09/2017

comme je te comprends, pour cette boulimie de lecture comme pour les autres réflexions...
« Les identités meurtrières », c'est un livre fondamental que je conseille à tous!
et Anna Gavalda, comme dit l'Homme, c'est à se réserver pour une longue soirée d'hiver, sous la couette :-)
(les réflexions sur l'âge me rappellent ma grand-mère qui m'a dit un jour: "on a beau avoir 80 ans, dans la tête on a toujours le même âge." Je le vérifie souvent, dans ma tête mon âge ne change pas ;-))

Écrit par : Adrienne | 27/09/2017

Répondre à ce commentaire

Mes livres sont des bains d'ambiance dans lesquels je me vautre à satiété.
Je plonge dans une époque, dans un décors, et je m'en imprègne, je l'ajoute alors à mon quotidien de ce 21ème siècle (un peu merdique...).
Un peu de la cuisine quoi, une pincée de sel, des piments, de la couleur, de l'onctueux, et un goût inimitable au final qui ravit le palais...

Écrit par : Zosio | 27/09/2017

J'adore ta réponse à Adrienne
¸¸.•*¨*• ☆

Écrit par : celestine | 28/09/2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire