28/10/2017

Zosio (123)

Pas sûre de pouvoir revenir, de pouvoir à nouveau raconter mes histoires.

 

Subsister en retrait de la « relation » d’humain à humain me place en décalage dans l’échange que suppose la vie d’un blog.

 

Parce que oui, on peut donner l’illusion de la relation, simuler la relation sociale (comme d’autres choses), mais sans s’y investir, en restant en superficie, en donnant le change, mais sans permettre au vis-à-vis d’influer sur soi.

 

C’est sans doute un mécanisme que j’ai mis en place face au harcèlement moral que j’ai vécu pendant des mois au bureau.  Que j’ai affiné pour en arriver à mon mantra souverain :

  • Je m’en fous !

 

Alors, puisqu’en relation amoureuse je suis d’une nullité totale et que je ne m’attachais qu’à des hommes qui m’utilisaient à des fins qui me nuisaient, puisque mes rares amitiés se sont étiolées et qu’on n’échange plus que par mails distants ou parfois par téléphone et qu’on n’a plus rien à se raconter, par pudeur ou par indifférence, par éloignement des centres d’intérêts (je ne suis pas grand-mère : ça plombe), je ne sais plus amuser la galerie avec mes aventures « aventureuses », bref, la famille (ce qu’il en restait) a explosé après le décès des parents il y a des années, mon « papé » est mourant depuis maintenant presque vingt ans, et je continue de veiller sur lui, mais toujours sans autre relation que cette servitude envers un infirme de plus en plus dépendant.

 

Evidemment j’ai mon groupe de parole pour alcooliques abstinents.  J’anime, je coordonne, cet embryon que j’ai lancé en avril dernier, et encore, je n’entre pas en relation, je me tiens à distance, la distance à maintenir pour ne pas « assumer » toutes les souffrances des participants, la distance nécessaire pour garder la neutralité qui doit me guider tout en donnant de l’empathie, de l’écoute, du soutien.  Mais je reste maîtresse de la relation.

 

Comme je veux rester maîtresse de toute relation à venir, de manière à ne plus devenir un jouet dans des mains mal intentionnées et dévastatrices…

 

Donc, oui, je vois des gens, oui, j’ai une vie sociale apparente, mais non, je ne développe pas de relations avec les gens, c’est un leurre…

11:55 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (12)

Commentaires

Ce n'est pas parce que tu n'as pas de relations que tu n'as rien à raconter. ;-)
¸¸.•*¨*• ☆

Écrit par : celestine | 28/10/2017

Répondre à ce commentaire

Hors phase création...

Écrit par : Zosio | 29/10/2017

Répondre à ce commentaire

Dommage que tu arrêtes... Mais je te comprends...

Écrit par : Un homme | 30/10/2017

Répondre à ce commentaire

Oui, la veine s'est tarie, ou le sang qui y coule est avarié...

Écrit par : Zosio | 31/10/2017

On ressent tous, ces impressions d'abandon,de solitude, de plaquage, de déshérence à des moments de sa vie, mais la vie a de ces ressorts qui nous font bondir, comme jamais avant. Je passais de temps à autre lire votre blog, et j'ai toujours vu de la profondeur dans vos écrits, même je ne commentais pas.Bien à vous

Écrit par : bizak | 31/10/2017

Répondre à ce commentaire

J'y travaille Bizak, j'ai conscience de "l'anomalie" de ma situation de vie, je ne sais quelle orientation elle va prendre, ce qui est certain c'est qu'elle a atteint un point qui ne peut que déboucher sur un changement, une évolution: vers son point final ou vers une nouvelle opportunité ????
Merci d'être passé Bizak !

Écrit par : Zosio | 31/10/2017

Je comprends tout à fait un "stoppage" de blog, qu'il soit définitif ou non.
Pour le reste je m'abstiendrai bien de prodiguer le moindre conseil, je ne te souhaite que le plus doux et le meilleur.

Bleck

Écrit par : Bleck | 01/11/2017

Répondre à ce commentaire

Merci pour tes bons souhaits Bleck !
Un blog, c'est quand même l'établissement d'une relation entre des personnes (pour moi), et c'est mon imperméabilité relationnelle qui me place en porte à faux dans l'interaction.
C'est mon MOI qui cloche pour "évoluer" sur cette plateforme.
J'y travaille...
Et peut-être que ces tâtonnements m'aident à y voir plus clair...

Écrit par : Zosio | 01/11/2017

Je te comprend j'ai moi même du mal avec les relations...une vrai ermite...mon blog me permet de "parler" ... j'aimais te lire alors peut être tu reviendras ?

Écrit par : manoudanslaforet | 07/11/2017

Répondre à ce commentaire

Je comptais "utiliser" le blog pour parler, également, et je me rends compte que je n'ai rien à dire, parce que ça me concerne, que c'est trop profondément enfui en moi, et que peut-être la thérapie que j'entreprends, en EMDR, me permettra d'utiliser les mots, mais pas dans l'immédiat, pas tout de suite, j'ignore quand.
Je n'arrive plus trop à faire rire du chaos qui m'entoure, parce que je n'arrive plus à le trouver drôle, histoire de pouvoir "vivre avec".
Vivre avec moi-même est difficile aussi, la relation dont je ne peux me débarrasser, entre mon corps et ma tête reste problématique, et les engueulades volent bas !

Je reviendrai régulièrement quand j'aurai fait la paix avec moi-même... Mais je ne sais pas assumer mon rythme de présence d'autrefois...

Écrit par : Zosio | 07/11/2017

Je pense pouvoir dire que je comprends chacun de tes mots.
Je pense aussi qu'une Zosio est "morte" et qu'une autre est en train de naître. Cela ne se fait pas sans mal, comme tout "accouchement", et c'est normal que tu tâtonnes. Je te souhaite toute la douceur possible. Je souhaite aussi, bien égoïstement, un prochain retour parmi nous, ou tout au moins, que tu ne disparaisses pas aussi longtemps que la dernière fois. Tu n'es pas obligée de partager des choses trop intimes et douloureuses. Un modeste échange suffit parfois à faire du bien..

Écrit par : Ambreneige | 17/11/2017

Répondre à ce commentaire

C'est exactement ça Ambreneige !

Jusqu'ici le blog me servait à évacuer les contrariétés, à relever mes heurts. En me coupant de tout je suis arrivée à m'éloigner de ces contrariétés et de ces heurts. Et ceux qui restent sont indéboulonnables, pas la peine de s'y étendre.

J'espère naître une nouvelle fois, encore et encore, et retrouver a verve...

Là, chaque fois que je pense à un truc à partager, je me muselle en pensant "mais qu'est-ce qu'on a à foutre, mais quel intérêt, quelle finalité ?"

Envie de reprendre pied et vertige du vide...

Écrit par : Zosio | 17/11/2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire