17/09/2017

(119)

Et donc cette semaine j’ai été rendre visite aux blogs délaissés durant quelques années, et surprise je les ai retrouvés à peu de choses près tels que je les avais laissés.  C’est aux photos des petits-enfants, qui occupent une part des « nouvelles », que j’ai constaté le temps écoulé. 

 

J’ai ainsi remarqué l’une de mes différences essentielles par rapport aux femmes de ma génération : je n’ai pas et n’aurai jamais de descendance au-delà de mon fils unique et autiste.

 

Et je me souviens d’une voisine, maman, qui apprenait l’homosexualité de sa fille adulte, et qui pleurait les petits-enfants qu’elle n’aurait pas !  Comme si, de nos jours, la conception d’enfant exigeait la mise en présence physique d’un homme et d’une femme…  Mais non, mais non…  Bientôt même les hommes pourront porter un enfant en eux !  T’inquiète pas, si elle veut des enfants, elle en aura !

 

Alors, qu’ai-je à raconter, à partager ? 

A décharger en quelque sorte ?

 

Ah oui, mes crachats de lune !  C’est un truc peu connu, et ça se répand dans les jardins tellement infertiles que la bactérie se développe sur la terre nue.   

 

Longue phase d’observation, mutisme et discrétion.  Conversations avec mon Prosper (perroquet), Titine (ma vieille chatte psychotique), Gribouille (le chat du voisin qui vit pratiquement chez moi), et mon fils, un Week end sur deux, qui n’a jamais parlé.  Ça le fait ça non ?  Et bien sûr ma vie professionnelle, un automatisme bien huilé.

 

A l’écoute des « infos », rien qu’à la radio, je poursuis l’ignorance de la télévision.  Bien que ça me prive d’un petit nombre d’émissions « intéressantes », voire « instructives », j’y gagne un temps considérable à ne pas m’attarder sur la publicité débile, obsédante, intrusive.  J’en ai profité pour lire, énormément…

 

Je conserve du « passé » la musique en continu, sur une base rock, blues, soul, jazz, tous les dérivés et une attirance particulière pour le grunge avec l’absolue dévotion à Eddy Vedder qui occupe une place majeure sur ma clé usb « play list de crémation » préparée spécialement pour les oreilles du fils, quand l’heure sera venue…

 

Je suis passée de l’autre côté, je prévois maintenant le demain sans moi plutôt que ma vie de demain.

 

A force de pratiquer des biopsies tous les six mois, de me faire retirer des morceaux « qui ne sont pas encore, mais qui pourraient le devenir », d’avoir en moyenne un dépistage ou des soins qui ne guériront plus mais tentent de limiter les dégâts, chaque mois, d’un côté ou de l’autre, je me dis qu’un jour ou l’autre « il » va bien finir par se déclarer là où ne l’a pas encore cherché.  Sans compter sur le reste : l’accident vasculaire qui ne s’annonce pas et se contente de frapper.  Bien sûr depuis vingt ans je souffre d’hypertension, bien sûr j’ai fumé durant quarante ans, et même si j’ai arrêté en janvier, les dégâts sont présents et ne s’effacent pas, puis j’ai quand même consommé de l’alcool durant des années, au point de devenir alcoolique, et même si mon abstinence est totale depuis plus de quatre ans, j’ai agressé mon corps qui s’en souviendra en son temps.

 

Je me suis prise le vieillissement en pleine poire !  C’est arrivé aussi vite que l’adolescence et ses transformations express.  Cinq ans et tant de changements !  Je m’étais promis de ne pas me laisser avoir par l’âge, et il m’a pris de vitesse, je n’ai rien pu faire, et je souris doucement lorsqu’on me dit que « pour l’arthrose, il faut essayer ça, c’est super bien, pas toxique, à base de plante… », pour les « ceci » il faut faire « cela », mais les « ceci » sont maintenant tellement nombreux que je devrais me lever à quatre heures du matin pour avoir le temps de tout faire comme on me le conseille avec bienveillance…

 

Oui, un seul mot résume tout cela : vieillissement

11:14 Publié dans Blog | Tags : vieillissement | Lien permanent | Commentaires (12)

02/09/2017

Quelques années plus tard

Quelques années se sont passées, je n’ai plus écrit une seule ligne !

Mais j’ai lu, j’ai tellement lu !

 

J’ai cultivé la solitude absolue, ne vivant qu’à répétition les trahisons, ne croisant que des manipulateurs pervers déterminés à entamer le combat avec une lutteuse de premier choix, j’ai opté pour l’économie de mon énergie qui s’effiloche au fil des années au seuil de la soixantaine.

 

Je me souviens avec nostalgie d’un temps où le blog était un espace d’expression utilisé avec jubilation par un grand nombre de bloggeuses(eurs), de l’amitié qui s’y développait, de la gratuité de l’échange entre personnes, de la sympathie naissant spontanément à la lecture des récits de vies anonymes semblables à la nôtre par différents points.

 

Cela ressemblait à un « groupe de parole », ça s’apparentait à une thérapie par l’expression et l’écoute, la bienveillance, le soutien, la compréhension, l’échange d’expérience.

 

J’imagine qu’aujourd’hui la plupart des bloggeurs raconteurs d’histoires se sont tournés vers la simultanéité, la brutalité et l’hypocrisie de facebook et autres plateformes de même type où se côtoient la laideur, l’ignorance, les contre-vérités, …

Et j’en fais partie !  Je m’y suis inscrite !  Et je n’y ai pas trouvé de plaisir, je n’ai rien trouvé à partager (ou si peu), et mon souci de rester dans la discrétion va à l’encontre de ces médias qui prônent la mise en avant de l’individualité, à n’importe quel prix, surtout au prix du mensonge.  La mise en scène de l’auto-publicité…

 

L’envie d’écrire reviendrait-elle ???

 

Et si cela était le cas, ce ne serait justifié que par mon plaisir personnel, qu’importe si j’ai, ou non, des « lecteurs », qu’importe si je n’ai pas de commentaires, qu’importe d’écrire dans le vide.

 

Mon monde est vide, épuisé.  Il reste des souvenirs de défunts, tellement de défunts…  Il reste la vie du fils handicapé à préparer pour l’après-maman, c’est prêt d’un point de vue administratif, mais ça ne le sera jamais tout à fait, il y aura toujours des situations qui surgiront, qui moduleront ces dispositions, qui les mettront à mal, qui le mettront en danger.

11:36 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

12/02/2015

Blog en pause

Le présent ne nourrit pas ma prose actuellement bien qu'il soit particulièrement empli de bonnes ondes.

 

Je prépare mon nid, mon bureau, et je reviendrai sous une autre forme, rééditant "Veuve en devenir" (pour ceux qui m'ont suivie à l'époque), mais tentant de le réécrire de manière plus stylée et châtiée.  Un exercice de style en quelque sorte, pour une histoire qui avait de nombreux amateurs.

 

A dans quelques mois donc !

 

N.B.: à destination de Serrurier de Paris, non, je n'autorise pas la publicité sur mon blog, même en terme de commentaire.  La publicité nous pourrit la vie à tous, elle est bannie de mon espace

10:01 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)